Nos Engagements

Une comparaison indépendante des meilleures assurances

Des simulations simples et rapides

Une solution ajustée en fonction de vos besoins et de votre profil

La recherche du meilleur tarif

Une expertise gratuite et sans engagement

Garantie sans publicité, indépendant, gratuit

Comment renégocier son prêt immobilier avec sa banque ?

Renégocier son prêt permet avant tout de bénéficier de meilleures conditions tarifaires. Il y a encore quelques années, les taux de crédit immobilier étaient relativement élevés, environ 5,30% pour un prêt sur 20 ans. Depuis une bonne année, ils avoisinent les 2% pour une durée d’emprunt équivalente. Ces taux ont même atteint des records, ils n’ont jamais été aussi bas depuis 2008 (une diminution qui commence lentement à faire marche arrière depuis l’été 2015). De nouveaux dispositifs et lois sont entrés en vigueur permettant aux emprunteurs de pouvoir renégocier leur crédit en cours s’ils le souhaitent.

Renégocier son prêt : déroulement

Renégocier son créditAvant de renégocier son crédit, il faut avant tout garder en tête que la mensualité de remboursement d’un crédit est constituée de deux parties, l’une concerne le remboursement des intérêts et l’autre le remboursement du capital total emprunté. Au début, les deux parties sont remboursées à part égale, mais avec le temps, celle des intérêts diminue. A la fin, l’emprunteur rembourse essentiellement le reste du capital dû. Ensuite, aucun banquier ne sera jamais obligé d’accepter une demande de renégociation de prêt (ou de rachat de crédits). Par conséquent, il est indispensable de se préparer à devoir le convaincre et à déposer une demande au « bon moment » (lorsque les conditions sont optimales) c’est-à-dire situation professionnelle stable et remboursement anticipé du prêt encore avantageux. Les acquéreurs de biens immobiliers qui ont souscrit un prêt immobilier ont la possibilité depuis 2008 de renégocier leur crédit avec leur banque. La renégociation de prêt consiste en fait à renégocier le taux de son crédit immobilier en cours. Et la tendance est là : la majorité des Français profitent de la conjoncture favorable pour demander à leur établissement financier la renégociation de leur prêt en cours.

Cependant, dans les faits, la renégociation accordée par la banque reste minimale ; la banque ayant à l’origine elle-même emprunté à la BCE à un taux plus bas que celui qu’elle a accordé à l’emprunteur. En cas de refus de renégociation du crédit par la banque, vous pouvez tenter un rachat de prêt. Les emprunteurs ont effectivement de meilleures chances de parvenir à un rachat de crédit chez une banque concurrente. Cela signifie pour cette dernière l’acquisition d’un nouveau client, qui sera fidélisé sur plusieurs années, ce qu’elle ne refusera en principe jamais à moins que la situation professionnelle de l’emprunteur soit moins bonne que lors de la conclusion du prêt initial.

Afin que la renégociation de prêt soit la plus avantageuse possible, au minimum « 1 point » d’écart doit exister entre le taux actuellement pratiqué par les banques et le taux appliqué au crédit initial pour la même durée d’emprunt. De plus, le moment idéal pour demander à renégocier son prêt est pendant le premier tiers de la durée globale du crédit immobilier ou du moins pendant la première moitié. En effet, l’emprunteur rembourse plus d’intérêts pendant les premières années que vers la fin du prêt. Ainsi, si le montant restant à rembourser du capital emprunté est au minimum de 75.000 euros, la renégociation sera intéressante. Pour effectuer une simulation de rachat crédit, remplissez notre formulaire ci-dessous :

 

Renégociation ou rachat de crédit, quelle est la différence ?

Le rachat de crédit, tout comme la renégociation de son prêt est une opération bancaire simple. Il consiste en un regroupement de plusieurs prêts divers souscrits dans plusieurs établissements bancaires en un seul et unique crédit auprès d’une seule et unique banque. A la différence de la renégociation de prêt qui consiste à conclure un « nouveau crédit » sur la base du capital restant dû d’un crédit antérieur, c’est-à-dire revoir les conditions du crédit déjà existant en appliquant un taux inférieur, le rachat de crédit réunit un ensemble de crédits différents pour n’en former qu’un une fois l’opération bancaire finit. De plus, le rachat de crédit s’effectue souvent auprès d’un établissement concurrent. La renégociation de prêt se passe auprès de sa banque, celle avec qui on a contracté le crédit immobilier dont on veut revoir les conditions et le taux appliqué. Cependant, les deux opérations bancaires visent le même objectif : profiter des taux de crédit immobilier actuellement extrêmement bas pour faire des économies.

Les avantages d’une renégociation de crédit immobilier

Les avantages d'une renégociation de crédit immobilierD’après certains spécialistes et courtiers immobiliers, tout prêt signé avec un taux d’intérêt supérieur à 3,5% représente un « manque à gagner ». Ils recommandent par conséquent de le renégocier, ou du moins, d’envisager la démarche, puisque ces emprunteurs n’ont justement rien à perdre, mais tout à gagner. Toutefois, il faut relativiser en fonction de la somme totale empruntée et du nombre de mensualités déjà remboursées. Les avantages procurés par une renégociation de prêt dépendent en effet du moment de la demande, si le remboursement anticipé et un nouveau taux seront intéressants ou pas. Par ailleurs, des frais pour la renégociation sont à prendre en compte : d’un côté, il y a les frais de remboursement anticipé (limités à 6 mois d’intérêts à maximum 3% du montant restant dû), et de l’autre, le nouveau montant de la garantie renégociée, c’est-à-dire celle de l’assurance emprunteur aussi appelée assurance crédit immobilier (automatiquement liée au nouveau prêt). Mais de manière générale, plus le capital restant dû est grand, plus l’opération de renégociation de crédit sera rentable financièrement pour faire des économies, surtout si l’écart de point entre le taux négocié à l’époque et celui actuellement offert par la banque est grand.

Bon à savoir

Une erreur est toutefois à éviter : celle de revendre le bien immobilier acheté grâce au prêt suivant les trois années après la renégociation. Pourquoi ? Car les frais engendrés par la renégociation ne seront alors plus amortis, et l’obtention d’un taux d’intérêt plus bas n’aura plus d’avantage.

devis simple, protection données, meilleurs taux
devis simple, protection données, meilleurs taux